Injection de Toxine Botulique

Injection de Toxine Botulique Achot Hakopian 14 h 36 min

La toxine botulique est un produit qui permet l’élimination des rides du visage.

Il s’agit d’un relaxant musculaire réduisant le tonus des muscles du visage. Les injections de toxine botulique sont efficaces chez les personnes qui ont des rides provoquées par l’activation des muscles du visage.

Injection de toxine botulique

Même dans ses vieux jours, toute personne souhaite disposer d’une apparence radieuse et éclatante. À l’image de certains acteurs très célèbres et de nombreuses personnalités, vieillir en beauté devient presque une obsession et un rêve. Pour y parvenir, la médecine moderne suggère des techniques pour redonner à son corps et surtout à son visage son aspect de jeunesse. Parmi elles, la toxine botulique représente un moyen de prévention des rides d’expression faciale pour éviter plus tard une intervention chirurgicale. Ainsi, grâce aux injections de toxine botulique, vous pouvez rendre à votre visage un sentiment de vitalité et d’énergie. Retrouvez ici des explications nécessaires sur cette méthode de la médecine esthétique et son application.

Quoi savoir sur l’injection de toxine botulique ?

Mais, dans un langage plus moderne et plus approprié, un expert emploie en réalité le terme « injection de toxine botulique ». En effet, la rotxine botulique représente une marque de médicament tout comme Azzalure °, Vistabel °, Bocouture °, Dysport °, etc. Et comme tous ces derniers, il s’utilise plus fréquemment en médecine esthétique. Historiquement, la toxine botulique possède une origine bactérienne. Elle provient de la culture du « Clostridium Botulinum », une bactérie très connue. Qu’elle s’emploie maintenant en médecine esthétique revêt un effet de hasard, car elle visait initialement à apporter des soins ophtalmologiques et traiter les diverses maladies des paupières, dont le blépharospasme. Après des traitements de ce mal, un médecin canadien observa des effets secondaires qui montraient un changement d’apparence au niveau du visage des patients. En effet, tous ceux qui ont reçu des soins pour le blépharospasme possédaient désormais moins de rides qu’avant l’opération. Il rependit ainsi les injections de toxine botulique dans le domaine de la médecine esthétique, ce qui connait aujourd’hui un grand succès. À cette époque, des études cliniques ont cherché à analyser chaque cas afin de prouver ou d’invalider les effets remarqués par le docteur. De là, les résultats ont permis de déterminer avec précision les dosages nécessaires et applicables pour le soin des rides du visage en commençant par le front et les paupières (zones souvent touchées par la maladie de blépharospasme). Mais, plus tard, lors d’une séance de test, une autre observation fut faite chez des patients souffrant de transpiration excessive (hyperhidrose). Ceux-ci pouvaient facilement éliminer les effets secondaires du traitement et éviter ainsi des gênes quotidiennes. De façon concrète, l’utilisation de toxine botulique devient effective à partir de 1992 avec l’usage de la toxine botulique purifiée de type A. Différente des huit autres catégories de toxine, celle-ci s’emploie pour supprimer la transmission entre le nerf et le muscle qui exécute un mouvement. Avec la dose idéale, elle élimine les rides du visage et donne une expression faciale naturelle. Ce n’est qu’en 2003 que la toxine botulique entre sur le marché en France. Après des centaines de milliers de patients traités avec les injectons, personne n’a constaté un accident majeur.

Usage de la toxine botulique

L’endotoxine botulinique s’utilise non seulement pour soigner les spasmes et tics des paupières, mais aussi pour le traitement contre la formation de rides du visage ou encore du cou. Les différentes injections de toxine botulique dans ces cas varient en fonction de la dose. Ainsi, dans un but thérapeutique, la quantité d’endotoxine utilisée se révèle plus considérable que celle employée en médecine esthétique contre les rides du corps. Pour le visage en particulier, l’usage de la toxine botulique sert à détendre la peau et non pas la tendre. Les effets des injections de toxine botulique agissent sur les muscles peauciers situés sous la peau qui se contractent et se détendent pour effacer les plis ou les rides. Par exemple, avant l’avènement de la toxine botulique à Bruxelles, les médecins esthétiques recouraient à la section du muscle frontal pour bloquer sa contraction. Ainsi, lors de l’opération (cas d’un lifting) d’une endoscopie, le chirurgien supprimait le générateur de mouvement pour limiter les rides. Mais désormais, grâce à l’injection de toxine botulique, cette intervention chirurgicale a disparu.

Zones traitées par les injections de toxines botuliques

L’utilisation de la toxine botulique ne s’applique pas à toutes les parties du corps. En esthétique, des zones bien spécifiques du visage restent les plus concernées, car elles laissent plus apparaitre des rides d’expression. Ces dernières constituent les résultats des mouvements répétés et continus des manifestations d’émotions ou de la parole. Le problème ne se pose pas avec les enfants et adolescents dont la peau encore juvénile retrouve immédiatement leur aspect lisse après chaque contraction musculaire. Par contre, chez les plus âgés, la peau perd progressivement certaines de ses qualités, dont son élasticité, sa fermeté, sa luminosité et sa résilience. De ce fait, elle élimine plus difficilement les marques et les sillons après chaque mouvement du visage. De plus, avec le temps, les rides s’installeront de façon permanente et deviendront plus visibles. Pour les éviter ou les supprimer, certaines zones reçoivent des injections de toxine botulique. Voici les trois principales :
  • Les pattes-d’oie : situées au coin des yeux, elles suscitent des rides après les expressions de sourire et de rire ;
  • Les rides du lion : localisées entre les sourcils, elles apparaissent lors de la manifestation d’une réflexion ou d’un mécontentement (marqué par le froncement de sourcils) ;
  • Les rides horizontales du front : celles-ci proviennent des expressions d’euphorie, de surprise ou d’étonnement (en écarquillant les yeux).
Ces zones se traitent par les médecins esthétiques à l’aide d’une injection de toxine botulique. D’autres régions peuvent également recevoir ce soin, mais uniquement par des professionnels avec une meilleure maitrise. Parmi celles-ci, vous trouverez :
  • Les fines rides verticales sur les lèvres : provoquées par l’avancement des lèvres ou lors de la prise de parole ;
  • Les plis d’amertume : localisés de chaque côté de la bouche, ils témoignent aussi des sentiments de dégout ;
  • Les plissures du nez lors des mimiques.

Comment préparer l’injection de toxine botulique ?

Pour éliminer les rides du visage ou pour rajeunir la face, ce traitement reste le plus indiqué. Chez un médecin esthétique, l’intervention comprend plusieurs étapes avant l’opération et après le traitement.

Les contre-indications de ce produit

Avant les injections de la toxine botulique, voici les conditions à remplir :
  • Ne pas être en état de grossesse ;
  • Ne pas allaiter ;
  • Ne pas souffrir d’une pathologie neuromusculaire comme la myasthénie ou le syndrome de Lambert-Eaton ;
  • Ne pas suivre un traitement à base d’anticoagulant, d’anti-inflammatoire ou d’antibiotique.
Dans ces cas, pour éviter des complications, en parler au médecin avant l’intervention demeure l’idéal. De même, les sportifs de haut niveau devraient se garder des injections de toxine botulique, car celles-ci constituent un risque de perte de tonus musculaire d’environ 1 %. Après le traitement, les contre-indications qui suivent restent de vigueur :
  • Ne pas exercer de pression et ne pas masser la zone piquée durant douze heures ;
  • Ne pas prendre d’aspirine ou d’anti-inflammatoire dans la semaine qui précède votre séance.

Le déroulement de l’injection de la toxine botulique

Comme pour tout soin chez un docteur, le praticien procède avant le traitement à un examen minutieux et attentif du front dans le but d’établir un diagnostic exact. Il saura alors l’état du visage du patient et l’informera si une injection de toxine botulique parait comme la plus adaptée à ses besoins réels. Pour ce fait, il ne doit donc pas venir à lui avec des idées préconçues. Ses observations et recommandations l’aideront à connaitre le soin nécessaire à son visage, car le médecin reste le seul à pouvoir estimer la valeur des résultats attendus et les changements de la face. Alors qu’il pensera avoir besoin d’une injection de toxine botulique, une simple injection d’acide hyaluronique pourrait s’avérer la plus indiquée. Le docteur doit donc commencer par examiner les expressions microfaciales distinctes chez chaque individu pour noter les irrégularités et les problèmes de symétrie du visage.

Méthode d’injection de la toxine botulique

Pour effacer les rides du visage, la technique de traitement parait très simple. L’injection de toxine botulique à Bruxelles par exemple s’applique au moyen de seringues à aiguilles très fines pour s’insérer aisément et sans douleur sous la peau. Elles pénètrent à quelques millimètres de profondeur dans les muscles peauciers et à divers endroits répartis sur l’ensemble de la zone traitée. Pour les rides horizontales du front, environ 10 points doivent s’effectuer alors que 3 ou 5 injections suffiront pour les rides de pattes-d’oie. Pour commencer, le médecin procède au nettoyage soigneux du visage. Puis, il dessine les points d’injections prévus sur la face. Après cette préparation, il passe aux injections. Chacune d’elles s’appliquera en quantité infime pour éviter un surdosage. À la fin, aucun massage ne doit se réaliser sur les parties traitées.

Les résultats et l’entretien des piqures de toxine botulique

Le traitement contre la formation de rides donne les premiers signes après quelques jours, car la toxine exige du temps pour agir et détendre les muscles. Ainsi, après 4 ou 6 jours, un lissage spontané du haut du visage et du front se remarque, les plis des pattes-d’oie commencent par disparaitre, et le regard s’ouvre davantage. Pour un premier traitement, l’effet de l’injection diminue après 4 mois. Mais, en fonction de la réaction du corps au toxine botulique et avec un soin plus régulier (environ 6 ou 7 mois d’intervalle en moyenne), les résultats durent plus, et le patient perd progressivement l’habitude d’utiliser les muscles qui provoquent les rides.

Les risques et les effets secondaires des injections de toxine botulique

Après un traitement contre la formation de rides avec la toxine botulique, des signes post-injections s’observent et varient selon chaque personne, mais aucun d’eux ne présente un réel danger pour l’homme. De même, les complications ou dégénérations restent rares. Voici quelques effets secondaires qui peuvent se remarquer chez les patients en général :
  • Gonflement autour des yeux pour le cas d’une injection de la patte-d’oie ;
  • Des maux de tête (céphalées), surtout au lendemain du traitement contre la formation de rides avec la toxine botulique ;
  • Contraction involontaire du visage pendant quelques jours après l’injection ;
  • Des rougeurs et de petites ecchymoses passagères aux points de piqure ;
  • Une gêne non régulière au niveau des zones soignées ainsi qu’une tension légère pendant quelques jours ;
  • Des sensations d’yeux secs chez des personnes portant des lentilles de contact qui peuvent s’améliorer avec des produits oculaires hydratants.

Différents tarifs du traitement contre la formation de rides

Les prix de l’injection de toxine botulique varient d’un cabinet et d’un pays à un autre. Cependant, une estimation peut s’effectuer afin de mieux préparer la consultation. Ainsi, voici quelques tarifs :
  • Pour le front complet (les rides horizontales et les rides du lion entre les sourcils) : entre 250 € et 350 € ;
  • Pour les rides de la patte-d’oie (autour des yeux) : entre 100 € et 250 € par séance ;
  • Pour la glabelle (rides intersourcilières) : environ 240 €.

FAQ

Depuis quand la toxine botulique existe-t-il ?La toxine botulinique fut découverte en 1946 et entra en médecine en 1985 pour soigner le strabisme, le blépharospasme et les spasmes hémifaciaux. Le Dr Jean Carruthers de Vancouver a ensuite remarqué que ses patients traités au toxine botulique ne présentaient plus de rides d’expression. La toxine botulique cosmétique a acquis l’approbation de la FDA en 1997 après diverses études. Il se fabrique seulement dans trois endroits sécurisés dans le monde : Irlande, Brésil et Chine.

Quand peut-on recevoir d’injection de toxine botulique ?De façon générale, l’injection de toxine botulique s’effectue à tout âge. Pour traiter le strabisme, elle peut débuter dès la petite enfance. Par contre, pour les rides, les injections commenceront à un âge plus avancé en fonction des expressions faciales.

Qui peut injecter la toxine botulique ? Seul un médecin avec une bonne compétence sur les injectables peut procéder au traitement contre la formation de rides. Il doit maitriser les muscles du visage et leurs fonctions motrices respectives. De plus, son côté artistique lui permettra de mieux observer les différentes expressions faciales. Pour finir, le praticien doit disposer d’une certaine expérience dans son métier.

La toxine botulique s’utilise-t-il dans d’autres cas ?

 

La toxine botulique possède de nombreuses indications médicales. Voici quelques-unes :
  • L’hypersudation axillaire (sous les bras) ;
  • L’hypersudation entre les seins ;
  • L’hypersudation du cuir chevelu ;
  • L’hypersudation des parties génitales ou du pli interfessier ;
  • L’hypersudation des mains et des pieds ;
  • Etc.